(Enfin) comprendre les NFT

Cela ne vous a peut-être pas échappé mais, ces derniers mois, un nouveau mot fait le « buzz » dans l’actualité technologique : NFT (jeton non fongible). Une expression quelque peu triviale qui aujourd’hui fait tourner plus d’une tête. Mais qu’est-ce qu’un NFT ? En quoi est-il si particulier ? Dans quels cas peut-on l’utiliser ?


Image représentant un NFT
Les NFT, une expression triviale qui fait tourner les têtes.

Qu’est-ce qu’un NFT ?

C’est la question quelque peu inavouable que certains ont dû se poser lorsqu’en décembre dernier les médias ont annoncé la vente du premier SMS aux enchères pour la coquette somme de 132 680 euros (frais inclus) sous format de NFT … sans toujours expliquer ce qu’était un NFT.

Un NFT (jeton non fongible) est associé à un actif et en atteste la propriété. C’est la preuve qu’un actif physique (une œuvre d’art par exemple) ou digital (comme un objet existant dans un jeu vidéo) vous appartient… Un NFT peut avoir uniquement un propriétaire à la fois. Les jetons non fongibles sont portés par la technologie blockchain qui permet de les horodater. Cette information est publique et accessible via un registre décentralisé.

En quelques mots, la blockchain est une technologie qui a été développée à partir de 2008. Elle permet de stocker et de transmettre des informations de manière transparente, sécurisée et sans organe central de contrôle (on est dans un système décentralisé). Il faut l’imaginer comme une base de données géante qui contient l’historique de tous les échanges réalisés entre les utilisateurs depuis sa création. Les informations contenues dans la blockchain ne peuvent être effacées. La blockchain est partagée gratuitement entre tous les utilisateurs, ce qui permet de vérifier la véracité des informations qui y sont inscrites. On peut utiliser la blockchain pour : transférer des actifs, les suivre ou exécuter des contrats (smart-contracts).

Image d'une plateforme Internet revendant des NFT
De nombreux actifs peuvent se voir associer des NFT.

De nombreux actifs peuvent se voir associer un NFT : image, vidéo, œuvre numérique, document, tweet, GIF, bien physiques comme un vêtement ou une peinture… la liste s’allonge jour après jour.

Les marchés de l’art, de la mode, du sport, des jeux vidéo font parties des marchés les plus impliqués dans le développement et l’utilisation des NFT à l’heure actuelle. Malgré leurs nombreuses utilisations, ce sont les chiffres faramineux des ventes de certains NFT notamment dans le secteur de l’art qui sont retenus. L’œuvre numérique « Everydays : the First 5000 days » de l’artiste Beeple a été vendue pour 69 millions de dollars par Christies – 15 millions de plus que pour la peinture Nymphéas de Monet (2014).


Les spécificités du NFT

Mais alors pourquoi tant de bruit autour d’une version 2.0 des titres ou certificats de propriété qui sont délivrés lorsque vous achetez une maison ou une toile de maître ? La particularité du NFT est qu’il est non-fongible, non-divisible, unique, et ne peut être falsifié.

On dit qu’un objet est fongible lorsque l’on peut l’échanger contre un autre de la même valeur : par exemple si vous troquez un billet de 20 euros contre un autre vous n’aurez plus le même billet mais cela ne changera rien pour vous. A l’opposé, on dit que quelque chose est non-fongible car il ne peut être échangé contre un actif d’une valeur équivalente. Un NFT ne peut donc être échangé contre un NFT de la même valeur. De plus, un actif fongible peut être échangé contre des petites portions représentant la même valeur : un billet de 20 euros peut être troqué contre 4 billets de 5, ce n’est pas le cas d’un actif non-fongible. Un NFT est ainsi non-divisible. Dans la même idée, un jeton non fongible est unique car seul un exemplaire peut être émis pour être rattaché à un actif.

Un système de registre décentralisé permet de rendre visible à tous la liste des anciens et de l’actuel propriétaires d’un NFT. Les propriétaires n’apparaissent pas comme « Mr Nicolas Dupont » mais sous un pseudonyme. Cette inscription dans le registre décentralisé rend les NFT infalsifiables.


 

Image au fond violet représentant un NFT
Acheter un NFT, c'est avoir la propriété exclusive d'un actif

Attention, être le propriétaire d’un NFT ne veut pas dire que vous êtes le seul à pouvoir regarder ou partager un document, une œuvre etc. cela veut juste dire que personne d’autre ne peut s’en déclarer le propriétaire. Acheter un NFT revient à avoir la propriété exclusive et unique de l’actif auquel il est rattaché. Un actif physique ou digital peut toujours être reproduit – ce qui est unique en réalité c’est le certificat NFT de propriété de l’original. The Verge, un site d’information spécialisé dans la technologie, l’explique très bien en faisant une analogie avec l’art : nous pouvons tous acheter une impression d’une peinture de Monet, seule une personne reste propriétaire de l’original. Les répliques n’ont d’ailleurs pas la même valeur que l’originale.


 

Quelques cas d’usage du NFT

Alors pourquoi acheter un NFT si vous pouvez voir une œuvre, une vidéo ou autre de manière libre ? La réelle utilité d’un NFT est ce qui le rend unique : sa capacité de prouver l’authenticité et la propriété exclusive d’un actif. Les NFT peuvent aussi devenir des outils au service de la communication et du marketing des marques. Ils permettent également d’engager le client et de renforcer sa fidélité. Par exemple, une marque peut lancer une offre phygitale (rencontre entre le monde physique et le digital). Le NFT qui est digital peut mettre en avant un produit physique. Le client en achetant un produit en NFT et va ensuite le recevoir dans son format physique. La marque de cosmétique Ciaté London a réalisé avec succès une telle offre commerciale. Gucci de son côté s’est allié à Superplastic, pour créer des personnages numériques exclusifs (NFT) qui seront aussi envoyés à leur propriétaires sous la forme de personnages en céramique. Il est à parier que prochainement des marques de mode ou de cosmétiques proposeront leurs collections premièrement en format digital et ensuite en physique. Ce serait le lancement d’une production physique on-demand motivée par des achats de produits digitaux.


Pour les amateurs de gaming ou jeux vidéo, les NFT sont un moyen d’obtenir de nouveaux objets digitaux exclusifs qu’ils peuvent inclure dans leurs jeux. Par exemple, le designer argentin Andrès Reisinger a vendu des meubles NFT qui peuvent être entre autres utilisés dans le jeu vidéo Minecraft. Aficionado de sport ? La marketplace Top Shot permet d’acheter et de vendre, des vidéos de NBA. On peut y retrouver des moments marquants comme des dunk, des contres ou des paniers à trois points. En 2021, un dunk de LeBron James a été vendu pour 208 000 dollars. Fan de musique ? Coachella a mis en vente aux enchères 10 NFT associés à des billets à vie le 4 février 2022.


Photo du compte Twitter de Twitter.
Les ventes de NFT peuvent avoir une visée philanthropique

Dernièrement, les NFT ont aussi été utilisés dans le cas d’actions à visée philanthropique. L’Oréal Paris s’est associé avec des artistes féminines afin que celles-ci soient mises en avant et puissent vendre leur art lors d’une vente aux enchères de NFT. De son côté, l’enseigne Taco Bell a lancé une série de GIF représentant des plats de la chaîne. Les NFT se sont vendus en quelques minutes et tous les profits ont été reversés à la fondation de la compagnie. Jack Dorsey (co-fondateur de Twitter) a vendu son premier tweet pour 2,9 millions d’euros en 2021. Si l’idée de « posséder » un tweet peut en étonner plus d’un, retenons tout de même que les fonds de cette vente ont été destinés à une association qui œuvre en Afrique contre le Covid-19.


Les réflexions sur les futures utilisations du NFT sont prolifiques. Les jetons non fongibles pourraient permettre à l’avenir de sécuriser les diplômes des étudiants en permettant notamment aux employeurs de vérifier son obtention par un candidat à un poste ou encore de permettre à des évènements d’éviter que leurs billets ne soient revendus au marché noir à leur insu. Certains parient même sur l’utilisation des NFT pour renforcer la sécurité des certificats de naissance et de décès. Des projets de NFT liés à votre voiture connectée sont également en cours et permettrait de suivre tous les évènements (réparation, accidents etc) liés à celle-ci. Les applications actuelles des NFT sont déjà nombreuses et le champ des possibilités va continuer de s’étendre sûrement au-delà de ce que l’on peut imaginer aujourd’hui.


Un point sur le secteur de l’art


Toile colorée au teintes bleues, jaunes, rouges et vertes.
Boom des NFT dans le secteur de l'art.

Le secteur de l’art et l’intégration des NFT a fait beaucoup parler de lui. Pourquoi les artistes se sont-ils si rapidement mis aux NFT ? Vendre leur art de cette manière leur permet d’éviter de passer par des galeries et des maisons de ventes. Leur profit en vente directe est donc plus élevé. Ils peuvent également grâce au NFT mettre en place une fonctionnalité de royalties : à chaque fois que l’œuvre sera revendu, l’artiste recevra un pourcentage. Cet aspect positif est à nuancer : les acheteurs actuels sont - pour beaucoup - animés en réalité non pas par une volonté d’encourager le développement de l’art digital mais par l’appât du gain et l’espoir de pouvoir spéculer sur ces actifs et de s’enrichir lors de leur revente.

Petite anecdote : si vous êtes de passage à Seattle, le « premier musée dédié aux NFT de l’art » y a ouvert ses portes.


La solution Trust-Place

La solution Trust-Place permet grâce aux NFT de certifier la propriété et l’authenticité de produits de luxe. Attachée à un produit physique, la solution Trust-Place donne le contrôle aux Marques. Elles seules peuvent créer les certificats qui sont ensuite être transférés de propriétaire en propriétaire, au rythme des différentes vies du produit.


Alors que certains se demandent encore si les NFT ne sont qu’un buzz de plus dans l’actualité tech’, le marché des NFT lui se développe et commence déjà à se structurer. Aujourd’hui, les acheteurs doivent prendre garde aux risques qui découlent de ce marché : la mise à mal de la propriété intellectuelle et la contrefaçon d’actifs liés à un NFT. Mais ce sujet mérite un article dédié.


Stay Tuned pour une prochaine analyse de Trust-Place sur la contrefaçon des NFT.

316 vues